Se faire accompagner par une naturopathe spécialisée en contraception naturelle

contraception

Quelle est la meilleure alternative à la pilule ?

De plus en plus de femmes aujourd’hui cherchent une alternative à la pilule alors qu’elle a été pendant des décennies très populaire comme moyen de contraception. Il faut dire qu’elle est facile d’utilisation et très efficace. Elle fait même parfois disparaître certains symptômes dérangeants du cycle comme les douleurs de règles, les règles abondantes, l’acné… Alors pourquoi cherche-t-on une alternative à la pilule ? Pourquoi ne fait-elle plus du tout l’unanimité ?

Pourquoi la pilule ne fait plus l’unanimité

La pilule a beau être simple et efficace et avoir permis en partie aux femmes d’être plus indépendantes, elle a pourtant un goût amer… Assez vite, de nombreuses personnes ont noté des effets secondaires. Des maux de tête, des maux de ventre, une prise de poids, des mycoses à répétition, une perte de libido… Tout ceci impacte la qualité de vie des femmes au quotidien. Mais au-delà des effets secondaires, il y a les risques sanitaires. Des études sont sorties au fil des années, démontrant d’abord une augmentation des risques de thrombo-embolie. Puis celui de plusieurs cancers (sein, col de l’utérus et foie) ainsi que de faire une dépression. Et pour certaines contraceptions progestatives, un risque de méningiome

Finalement, ces contraceptions hormonales n’avaient pas que des avantages. Les femmes en ont pris conscience et ne souhaitent plus désormais porter seules tout ce poids au nom de la contraception. Après tout, un bébé ça se fait à deux et il n’est pas normal que toute la responsabilité repose sur les épaules d’une seule personne. 

Mais existe-t-il au moins une alternative à la pilule, efficace et sans aucun effet secondaire ? La réponse est oui, il existe la symptothermie. 

Une autre définition de la pilule qui explique pourquoi les femmes ne veulent plus prendre la pilule

La symptothermie, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un moyen de contraception à la fois 100% naturel et fiable. Et il existe, je dois dire, assez peu de contraception qui peuvent se vanter d’être dans ces deux catégories à la fois… C’est en ça notamment qu’elle est une excellente alternative à la pilule.  

Elle demande avant tout d’observer le cycle menstruel et de repérer sa période fertile. Bien que dans l’imaginaire collectif, l’ovulation peut arriver n’importe quand et une grossesse peut vous tomber sur la tête à tout moment, ce n’est pas une réalité scientifique. Le cycle menstruel n’est fertile que pendant une dizaine de jours. 

La symptothermie consiste à repérer cette période et à adapter son comportement sexuel pendant cette phase du cycle. Si le couple ne souhaite pas d’enfant, il peut soit éviter les rapports sexuels avec pénétration, soit utiliser une méthode barrière comme les préservatifs.  

Une alternative à la pilule naturelle et plus fiable !

Une méthode 100% naturelle

Puisqu’elle ne fait qu’observer le cycle et adapter son comportement sexuel en fonction, elle ne peut pas avoir d’effet secondaire, ni de risque sanitaire. Contrairement à la pilule, elle ne modifie pas le fonctionnement normal du cycle menstruel. Le fait d’être une contraception naturelle, en fait déjà une bonne alternative à la pilule mais ce qui est très important aussi dans un moyen de contraception, c’est son efficacité. Et si on considère la pilule comme très fiable, savez-vous qu’en réalité elle est moins sûre que la symptothermie ? Je sais, ça vous paraît sans doute difficile à croire… Pourtant, les chiffres parlent d’eux même. 

La fiabilité de la méthode

Lorsqu’on mesure l’efficacité d’une méthode contraceptive, on compte le nombre de grossesses survenues, au sein d’une population tenue d’utiliser la contraception étudiée. On obtient alors 2 chiffres : le taux d’échec réel (incluant les erreurs d’utilisation) et le taux d’échec théorique (utilisation parfaite, sans oubli ni erreur). Ainsi, la pilule a un taux d’échec théorique de 0,3% mais en réalité, il est plutôt entre 3 et 7% selon les études. Le taux d’échec est plus élevé car les oublis de pilule sont fréquents. 

En ce qui concerne la symptothermie, l’OMS lui reconnaît un taux d’échec réel de 2%. Autrement dit, dans la vraie vie, elle est plus sûre que la pilule. Ceci s’explique car même si pendant un ou deux jours on ne fait pas d’observation, ça n’empêche pas de pouvoir toujours l’utiliser en contraception. Grâce à cette méthode, l’utilisatrice est également plus consciente de ce qui se passe dans son corps. Ceci améliore sa vigilance ainsi que celle du couple. Tout ceci fait d’elle une bien meilleure alternative à la pilule !

Si vous voulez en savoir plus sur ce moyen de contraception, j’ai un guide complet sur la méthode.

En quoi cette alternative à la pilule est préférable ?

Le problème de la pilule

Le rôle de la pilule est de stopper les ovulations et de créer un cycle artificiel. Il n’y a plus de variation hormonale sous pilule, ni de règles mais des saignements provoqués artificiellement. En fait, on perd son cycle menstruel au moment où l’on commence la pilule. Ainsi, la pilule réduit certains problèmes du cycle (acné, douleur de règles…) non pas en les soignant mais en faisant disparaître le cycle menstruel. Seulement, en supprimant cette variation hormonale, cela a des conséquences sur le bien-être et la santé de la femme. Malheureusement, la plupart de ses consommatrices n’en ont pas conscience. La majorité des femmes ne savent même pas comment fonctionne leur contraception. Or, avec la méthode symptothermique c’est tout l’inverse. Elle rend consciente son utilisatrice et permet la maîtrise de sa fertilité.

Une alternative à la pilule qui devient une super alliée

La symptothermie, quant à elle, laisse le cycle fonctionner naturellement. Il n’y a donc pas de risque sanitaire comme avec la pilule. Et si le cycle pose problème, elle apporte justement de précieuses informations sur ces éventuels déséquilibres. Elle permet aussi une prise en charge plus rapide quand on détecte grâce à elle des problèmes de santé. Elle rend aussi les femmes plus autonomes et instruites dans leur santé et le fonctionnement de leur corps alors que la pilule les dépossède de ce savoir puisque tout est artificiel.  Enfin, elle permet aussi, dans une certaine mesure, le partage de la charge mentale de la contraception. Le couple est obligé de s’adapter pendant la période fertile du cycle. C’est parfois l’occasion pour l’homme de prendre la responsabilité du préservatif ou tout simplement d’être plus conscient des risques de grossesse dans cette phase du cycle. Tous ces arguments font d’elle une alternative à la pilule préférable.

Quelle autre alternative à la pilule existe-t-il ?

Il existe bien sûr d’autres options plus conventionnelles et très fiables comme le stérilet au cuivre ou encore la stérilisation. Elles n’ont pas toujours d’effets secondaires et sont parfois l’alternative à la pilule adéquate pour le couple. Elles sont donc à envisager, lorsqu’on ne souhaite définitivement plus d’enfant pour les stérilisations ou lorsque le DIU au cuivre ne provoque ni douleur, ni règles hémorragiques.

 

Parmi les contraceptions naturelles, il y a également d’autres possibilités. Par exemple, l’Andro Switch, est une contraception masculine naturelle très prometteuse. Actuellement, nous n’avons pas encore de chiffre quant à son efficacité mais une étude est en cours.

Il y a d’autres méthodes naturelles qui se basent sur l’observation ou le calcul de la période fertile du cycle, comme Natural Cycle ou la méthode d’Ovulation Billings. Elles peuvent aussi être une bonne alternative à la pilule car sans effet secondaire mais elles sont en revanche un peu moins fiables que la symptothermie.

Pour commencer l’apprentissage de la méthode symptothermique :

A savoir quand on arrête la pilule

Après l’arrêt de la pilule ou d’une autre contraception hormonale, le cycle menstruel peut prendre un peu de temps à redémarrer. Il est assez fréquent que le tout premier cycle post hormones dure 40 à 60 jours. Plus rarement, il arrive que cela prenne plusieurs mois avant d’avoir à nouveau ses règles. Au-delà de 6 mois en revanche, j’estime qu’il ne s’agit plus forcément de l’effet post pilule. Il est possible que vous ayez un dérèglement hormonal, jusqu’alors masqué par la pilule. Dans ce cas de figure, il vous sera difficile de mettre en pratique la méthode symptothermique. Cependant, il est possible de travailler en naturopathie pour rétablir l’équilibre de votre cycle. N’hésitez pas à me contacter ou à poser vos questions en commentaire pour en savoir plus.

Pour rappel, le plagiat est illicite et des contrôles sont faits régulièrement sur ces articles afin que la propriété intellectuelle de l’auteure soit respectée. 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *