Santé du cycle menstruel

L’œuf : l’aliment numéro un du cycle

Quand on y pense, c’est finalement assez logique. Quel est le rôle majeur du cycle menstruel ? Permettre une ovulation. Qu’est-ce qu’un œuf ? Un ovule (de poule). Quoi de mieux qu’un ovule pour nourrir ses ovulations ? Mais concrètement, en quoi l’œuf est-il intéressant pour le cycle menstruel ? (Si le cycle féminin est un art obscur pour vous, voir cet article).



Une source de cholestérol


Dans l’œuf on retrouve effectivement du cholestérol et c’est en partie pour cela qu’il a parfois mauvaise presse. Lorsque l’on pense au cholestérol, on imagine tout de suite les risques cardiovasculaires.  Les œufs ont été longtemps accusés d’hypercholestérolémie, quelque chose d’aujourd’hui plutôt contesté par la science. On sait aujourd’hui que l’on peut en consommer jusqu’à 6 par semaine, sans danger (un peu plus chez les végétariens et un peu moins chez les personnes ayant trop de cholestérol). 

S’il est vrai qu’un excès de cholestérol n’est pas sain pour notre santé, le bannir ou l’éviter de façon injustifiée n’est pas non plus recommandé. En réalité, l’œuf contient à la fois le « bon » et le « mauvais » cholestérol. Le bon, qui s’appelle réellement le HDL cholestérol, se trouve dans le blanc d’œuf. Il ramène le cholestérol vers le foie. Le mauvais, où le LDL cholestérol, se trouve dans le jaune d’œuf. Il amène le cholestérol en périphérie dans l’organisme. Autrement dit, ça s’équilibre. 

Quel est le rapport avec le cycle ? La réponse est simple : sans cholestérol, on ne peut plus produire les hormones du cycle menstruel soit ni œstrogènes, ni progestérone. Donc sans cholestérol signifie plus de cycle du tout. Le cholestérol est vraiment essentiel pour le cycle de la femme. (Pour aller plus loin, voir mon article sur les lipides).



Une source de fer


Il ne fait pas partie des aliments les plus riches en fer mais ça reste du fer héminique, c’est-à-dire, de source animale. Or, le fer héminique s’absorbe beaucoup plus facilement par notre corps que celui de source végétale. Le fer a son importance dans le cycle menstruel car il favorise les ovulations régulières. De plus, au cours des règles, la femme en perd une partie. Il est donc important de le renouveler régulièrement.  



Une source de zinc


Le zinc est un oligo-élément qui joue un rôle clé dans la qualité des ovules. Deux œufs apportent environ 10% de nos besoins journaliers en zinc. 



Une source de lutéine


Le jaune d’œuf est fortement concentré en lutéine. Or justement, dans nos ovaires, en deuxième partie de cycle, le corps jaune, qui produit la progestérone, est composé de lutéine. Même si aucune étude ne s’est encore penchée sur la question, on peut imaginer qu’un manque de lutéine, dans notre corps, pourrait empêcher la fabrication de progestérone. 



Une source de choline


La choline joue de nombreux grands rôles dans l’organisme. Aujourd’hui, rien ne démontre son impact directe sur le cycle, mais on sait qu’elle a son intérêt, notamment pendant la grossesse et l’allaitement, mais aussi en ménopause. La choline permet le développement du cerveau de l’enfant et a un impact sur sa mémoire. Elle participe à la fabrication du gène PEMT. Or, ce gène est régulé par les œstrogènes. Pendant la ménopause, la baisse des œstrogènes est susceptible de le déstabiliser, d’où l’importance d’avoir suffisamment de choline pour le fabriquer. Deux œufs apportent environ 90% de nos besoins journaliers en choline.



Une source de vitamine D


La vitamine D participe au bon fonctionnement du cycle en stimulant les productions d’œstrogènes et de progestérone. De même, on constate des carences en vitamine D chez les femmes ayant le syndrome des ovaires polykystiques. Elle a donc une influence toute particulière sur le cycle hormonal de la femme. L’œuf en apporte une petite portion.



Une source en iode


Deux œufs apportent jusqu’à 30% de nos besoins journaliers en iode. Il est particulièrement important pour la thyroïde. Or, il se trouve que cette glande est en lien étroit avec les ovaires. Autrement dit, si la thyroïde est affectée, le cycle menstruel l’est également. Une carence en iode peut conduire à une hypothyroïdie qui peut conduire à des troubles menstruels.



Une source en vitamine E


Cet antioxydant est souvent décrit comme majeur pour la fertilité. D’après cette étude on constate qu’une supplémentation en vitamine E diminue les migraines menstruelles. Il semble qu’elle est aussi capable de réduire les douleurs de règles.



Une source en vitamine B9


Appelée aussi l’acide folique, on connaît son rôle majeur avant tout pour la grossesse, réduisant les risques de spina bifida et de fausses couches. L’œuf est une source complémentaire de cette vitamine.



Une source en vitamine B12


Deux œufs apportent jusqu’à 70% de nos besoins quotidiens en vitamine B12. Lorsqu’une femme est en carence, elle peut avoir des troubles menstruels. Ceci, probablement parce que cette vitamine intervient pour la production d’énergie et la synthèse des acides gras. Or, le cycle menstruel dépend en partie des lipides  et demande une énergie supplémentaire à la femme.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *