santé

Les différents symptômes de l’endométriose

Les symptômes de l’endométriose sont malheureusement encore mal connus par l’ensemble des soignants ce qui participe à un retard de diagnostic et de prise en charge des personnes atteintes. Il n’y a pas si longtemps, les femmes pouvaient attendre jusqu’à 10 ans avant d’être diagnostiquées ! Des efforts ont été fournis pour mieux faire connaître cette maladie et aujourd’hui, on est plutôt entre 5 à 7 ans (et plus 5 que 7). C’est mieux mais c’est encore trop long pour les 10% de femmes concernées.

L'endométriose qu’est-ce que c’est ?

L’endomètre est une muqueuse qui, en temps normal, se construit à l’intérieur de l’utérus, au cours du cycle menstruel. Dans le cas de l’endométriose, des fragments d’endomètre se développent en dehors de cet emplacement. Par exemple, sur l’utérus, les trompes utérines, le colon… Il s’agit d’une maladie particulièrement inflammatoire et parfois très invalidante car elle est responsable de fortes douleurs. Il existe une variante de l’endométriose : l’adénomyose. Dans ce cas, l’endomètre se crée en profondeur dans le muscle utérin, formant des sortes de galeries.

Les symptômes de l’endométriose les plus connus

Les douleurs

L’un des symptômes de l’endométriose le plus courant est bien sûr celui des douleurs de règles. Ce n’est pas systématique car il n’existe pas 2 endométrioses identiques mais ça fait partie des signes qui doivent alerter. On devrait en fait parler tout simplement de douleur en général concernant les symptômes de l’endométriose. En effet, très souvent les douleurs ne se limitent pas qu’aux règles. Les personnes touchées peuvent ressentir de la douleur au cours d’un rapport sexuel, à la miction, à la défécation, à l’ovulation etc.

Les troubles digestifs et urinaires

Un autre signe relativement fréquent concerne les problèmes digestifs, souvent associés à l’endométriose: intolérances alimentaires , ballonnements, constipation/diarrhées etc. Parfois le système urinaire est aussi touché : envie fréquente d’uriner, douleur, sang dans les urines, difficultés à vider la vessie etc.

L’infertilité

Enfin, un des autres symptômes de l’endométriose, qui peut alerter, est lorsqu’on rencontre des difficultés de conception. Elles touchent 30 à 40% des femmes atteintes d’endométriose et cette pathologie est souvent diagnostiquée au moment où le couple cherche à concevoir.  Pour autant, avoir des difficultés à concevoir ne veut pas dire ne jamais y arriver et la grande majorité des personnes touchées tombera enceinte malgré tout.

Les symptômes de l’endométriose insoupçonnés

Les maladies auto-immunes

De plus en plus d’études mettent en évidence que les personnes atteintes d’endométriose ont également assez souvent une maladie auto-immune en prime. La raison de cette combinaison serait liée au dysfonctionnement immunitaire que l’on retrouve dans l’endométriose. Elle n’est pas encore classée comme maladie auto-immune, mais il semble qu’elle augmente le risque d’en développer une.

La fatigue chronique

Du fait que les douleurs sont à la fois chroniques et courantes, il n’est pas rare de vivre de la fatigue constamment et c’est bien normal ! L’organisme doit supporter presque quotidiennement de la douleur et de l’inflammation, et ceci épuise. La fatigue chronique fait partie des symptômes de l’endométriose, qu’on a tendance à minimiser.

Les spottings

Les saignements en dehors des menstruations sont également fréquents avec l’endométriose et notamment les spottings avant les règles. Il s’agit de petites pertes de sang, souvent brunâtres. D’après une étude de 2014, publiée dans American Journal of Obstetrics and Gynecology (PMID : 24799313), avoir plus de 2 jours de spottings avant les règles est fortement associé à une endométriose. C’est donc un symptôme important à prendre en compte, lorsqu’on a déjà un ou plusieurs autres symptômes de l’endométriose.

La température élevée

Un symptôme pour le coup un peu particulier… car il ne pourra être détectable uniquement chez les personnes qui pratique la symptothermie (ou une contraception calculo-thermique). 

En tout cas, chez celles qui prennent leur température basale, c’est-à-dire le matin au réveil avec un thermomètre précis. 

Une étude de 1990, publiée par Fertility and Sterility (PMID : 2147155) a trouvé une corrélation entre endométriose et une température élevée lors des 3 premiers jours de règles. Ce qui n’a rien de très étonnant car la douleur et l’inflammation, comme on l’a vu très fréquents avec l’endométriose, font grimper la température basale.

Lorsque l’on a plusieurs symptômes de l’endométriose

Comment avoir un diagnostic

Si vous avez plusieurs de ces symptômes, il est important d’investiguer plus loin. L’endométriose est une pathologie invalidante, qui a de nombreuses conséquences sur la vie de la personne atteinte : au niveau du bien être et de la santé mais aussi du couple, du travail, de la vie sociale… C’est aussi une maladie qui évolue et qui peut s’aggraver lorsque rien n’est fait pour la freiner. Investiguez avec votre médecin afin d’avoir un diagnostic. 

Pour cela, différents examens peuvent vous être proposés : échographie, IRM, hystérographie, coelioscopie… On a beaucoup parlé d’un test salivaire en début 2022 pouvant confirmer une endométriose. Ce dispositif n’est pas encore réellement au point pour accomplir cette tâche avec certitude et demande encore de nombreuses vérifications et tests avant d’être utilisé dans ce sens.

Les solutions

La médecine a bien sûr des solutions contre l’endométriose, notamment la chirurgie et les traitements hormonaux. Malheureusement, elles ne satisfont pas toutes les personnes, n’apportent pas toujours les résultats espérés, ont parfois des effets secondaires… Il faut aussi dire que nous ne savons pas encore tout sur cette maladie. Les traitements ont donc leurs limites. C’est là où la naturopathie peut intervenir. En travaillant sur l’hygiène de vie, il est possible de jouer sur le levier de l’inflammation, le dysfonctionnement immunitaire ou encore l’équilibre hormonal. La naturopathie vient compléter le traitement classique afin d’obtenir de meilleurs résultats.

One Comment

  • Carole

    Merci de sensibiliser sur cette maladie ! On entend trop souvent que les douleurs de règles sont “normales” et on peut facilement passer à côté. Je découvre aussi la température basale haute comme symptôme, très intéressant à observer en symptothermie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *