Conception

Est-ce plus difficile de concevoir après 35 ans ?

Dans la tête de nombreuses personnes, il est plus difficile de concevoir après 35 ans. Et lorsque vous n’y pensez pas, votre gynécologue vous le rappelle aussitôt que vous franchissez la trentaine. En médecine, on parle de grossesse gériatrique dès 35 ans… Oui, vous avez bien lu. C’est très sympa comme appellation. De façon générale, la conception puis la grossesse sont une grande source d’inquiétude à partir de 35 ans. Mais, est-ce fondé ?

Les statistiques officielles

D’après l’American Society for Reproductive Medicine, les femmes de plus de 30 ans n’auraient plus que 20% de chances de concevoir à chaque cycle. Après 40 ans, elles chutent à 5%. 

Une femme sur 3 n’arriverait pas à tomber enceinte après la première année d’essai de conception lorsqu’elle est âgée de 36 à 39 ans et, aux Etats-Unis en tout cas, on les oriente dès le 6ème mois d’essai vers une FIV. 

Des statistiques plutôt effrayantes, vous en conviendrez… et qui confirment qu’il est réellement plus difficile de concevoir après 35 ans, et même déjà un peu avant. 

Il est plus difficile de concevoir ? Des données pourtant discutables

Ces statistiques se basent en fait sur des données plutôt anciennes. Voire très anciennes à vrai dire… puisqu’elles proviennent de la recension des naissances en France entre le 17ème et le 18ème siècle ! En fait, on se base sur le taux de natalité selon l’âge, à l’époque de Louis XIV… C’est un peu dingue.

Pourquoi ? Parce que ces données sont considérées comme “pures” puisqu’elles datent d’une époque antérieure aux moyens de contraception.

Un dogme erroné

Déjà, depuis le Roi Soleil, de nombreuses choses ont évolué… y compris la santé des femmes. A l’époque, pas d’antibiotiques, des périodes de famine, pas d’opération “safe”… bref, plein de raisons qui font que la santé globale des individus était moins bonne. Il n’est donc pas vraiment juste de transposer les difficultés de conception de l’époque sur l’époque actuelle. Mais en plus, considérer ces statistiques comme “pures” parce qu’il n’y avait pas de contraception est faux.

Les contraceptions à l'époque

Elles étaient, certes, pas aussi fiables qu’aujourd’hui mais le retrait a toujours existé et les avortements clandestins étaient déjà pratiqués. Et on peut facilement s’imaginer qu’une femme de plus de 35 ans qui a déjà eu un certain nombre d’enfants, soit prête à tout pour empêcher une nouvelle grossesse. Pas sûr donc qu’on puisse considérer ces données comme “pures”…

Pour certains chercheurs, il ne serait pas plus difficile de concevoir après 35 ans

Des chercheurs ont découvert*, en analysant les données actuelles, que ces statistiques sont clairement exagérées. Il n’est pas beaucoup plus difficile de concevoir après 35 ans. Entre 36 et 39 ans, les probabilités de tomber enceinte seraient, d’après eux, de 82%. C’est un peu moins bon qu’avant 35 ans mais ça reste toutefois très encourageant. 

*Source: L’intelligence cachée des hormones, de Martie Haselton, p 212.

Qu'en-est-il en réalité ?

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il ne faut pas penser à son âge si on souhaite avoir des enfants un jour. La ménopause et la baisse de fertilité en amont de celle-ci sont une réalité. Arrivée à un certain âge, il n’est tout simplement plus possible de concevoir, en tout cas naturellement. Mais cette pression sur les femmes et leur âge pour concevoir est excessive et d’une certaine manière, ce stress diminue probablement les chances de conception.

A cela j’ajoute qu’on ne prend pas assez en compte le partenaire dans toute cette histoire… Plutôt que de parler de femmes et de leur âge, parlons plutôt de couple ! Car bien souvent, quand la femme à plus de 35 ans, l’homme est encore plus “âgé”. Et je le rappelle comme ça mais… la fertilité des hommes a chuté de 50% en l’espace de 50 ans et la qualité du sperme diminue aussi avec l’âge! Donc est-ce que les femmes sont réellement moins fertiles après 35 ans ? Sans doute un peu mais pas autant que ce qui est annoncé et cette baisse de fertilité concerne davantage le couple que la femme seule.

Ce qu'on peut faire pour augmenter ses chances de conception

Apprendre à repérer sa période fertile et l’une des premières solutions naturelles et efficaces. Pour cela, on peut s’aider de la symptothermie ou d’autres méthodes d’observation du cycle comme Billings, Creighton, les tests de LH… De mon point de vue, la symptothermie reste la plus précise.  

Il est essentiel d’avoir une bonne hygiène de vie aussi bien pour la future mère que le futur père. Cela favorise des gamètes de bonne qualité ainsi que des taux d’hormones adéquats. La naturopathie est un excellent outil pour vous accompagner sur cette voie et vous retrouverez déjà plusieurs de mes articles sur le sujet pour commencer cette démarche. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *