Physiologie

Le cycle menstruel, comment ça marche ?

On le vit tous les jours, ou on l’a vécu pendant 40 ans, et pourtant… beaucoup ne savent rien de leurs cycles menstruels. Le seul signe, que l’on observe toutes, est les règles. Ensuite, nous savons vaguement qu’il y a une ovulation quelque part, mais les comment, où et quand sont loin d’être évidents pour chacune.

Je vous propose de revoir le déroulement du cycle en 4 étapes, de manière succinct.



Etape 1 : les règles


Le premier jour du cycle démarre avec le premier jour des règles. Celles-ci durent en moyenne entre 3 à 6 jours. Le cycle n’est pas la durée des règles mais le temps entre deux règles. La femme perd entre 50 à 80 ml de sang durant cette période. Au-delà de 80 ml, il s’agit de règles anormalement abondantes. Comme il est peu probable que vous ayez mesuré votre quantité de sang éliminé, je vous donne une astuce pour l’estimer. Une serviette hygiénique classique, ou un tampon, peuvent retenir jusqu’à 5 ml de sang. Les tampons, ou les serviettes super absorbants, peuvent contenir jusqu’à 10 ml. Autrement dit, si vous utilisez plus de 16 serviettes, ou tampons classiques, à leur pleine capacité, pendant toute la durée de vos règles, c’est qu’elles sont hémorragiques.  Si c’est le cas, sachez qu’il existe différentes solutions naturelles pour les normaliser.



Etape 2 : la phase folliculaire


Quelques temps après les règles, voire parfois pendant les règles, nous entrons dans la phase folliculaire, appelée aussi phase oestrogénique, ou proliférative. Comme son nom l’indique, c’est une partie du cycle où la femme va développer ses follicules, mais aussi où elle sécrète une grande quantité d’œstrogènes.

Que sont les follicules ?

Dans les ovaires, il y a des milliers de follicules immatures. Chaque follicule est comme une bulle de protection autour d’un futur ovule (appelé à ce stade ovocyte). Ils sont également responsables de la production des œstrogènes.

La femme entre dans la phase folliculaire grâce à une petite glande située au milieu du cerveau. Il s’agit de l’hypophyse. C’est elle qui gère l’ensemble de notre fertilité.

Elle envoie le message FSH, une hormone, pour demander aux ovaires de préparer une ovulation.

Une vingtaine de follicules se mettent alors à se développer dans les ovaires. En grandissant, ils sécrètent des œstrogènes.

La phase folliculaire peut durer une dizaine de jours seulement comme plus du double. Cela est très variable d’une femme à l’autre, voire d’un cycle à l’autre.

A quoi servent les œstrogènes ?

Les œstrogènes vont préparer le corps de la femme pour une ovulation mais aussi pour accueillir les spermatozoïdes. En effet, le vagin étant acide, les spermatozoïdes meurent très rapidement dans ce milieu. Grâce aux œstrogènes, la femme va produire au niveau de son col de l’utérus, un fluide qui leur permettra de rester en vie. Cette sécrétion se nomme la glaire cervicale. Elle peut maintenir en vie les spermatozoïdes jusqu’à un maximum de 6 jours, bien que la plupart du temps, ils ne survivent que 3 à 4 jours. Son aspect évolue au cours du cycle : plus le taux des œstrogènes augmente plus le fluide cervical devient translucide et élastique, et plus il est capable de maintenir longtemps en vie les spermatozoïdes.

Les œstrogènes vont également apporter des modifications au niveau du col de l’utérus. Il va se ramollir, s’ouvrir et remonter sensiblement afin de laisser la porte ouverte aux spermatozoïdes.

Enfin, les œstrogènes vont commencer à développer l’endomètre.

Qu’est-ce que l’endomètre ?

L’endomètre est le tapis de sang à l’intérieur de l’utérus, qui se fabrique au cours du cycle menstruel et se détache à la fin pour donner les règles.



Etape 3 : l’ovulation


Après quelques jours, l’hypophyse détectera un taux d’œstrogènes suffisant pour que l’ovulation puisse se dérouler dans de bonnes conditions. Elle donne alors son feu vert pour l’ovulation, grâce à une bouffée de LH, une autre hormone. À ce moment-là, le follicule le plus mature vient s’accoler à la paroi de l’ovaire, et s’ouvre. De cette cavité, se libère l’ovocyte. Par la suite, la trompe se trouvant au-dessus de l’ovaire caresse sa surface pour venir l’attraper. À ce moment-là, l’ovulation est accomplie. L’ovocyte restera en attente des spermatozoïdes pendant 12 à 24h, dans le tiers supérieur de la trompe. Si personne ne vient à sa rencontre, il meurt. On entre alors dans la phase lutéale, nommée aussi phase progestative ou sécrétoire.




Etape 4 : la phase lutéale


Après l’ovulation, le follicule se transforme en corps jaune. Il arrête alors de sécréter des œstrogènes et commence à fabriquer une autre hormone : la progestérone.

A quoi sert la progestérone ?

 La progestérone prépare cette fois-ci le corps de la femme, à l’implantation d’un embryon. Elle accélère alors son métabolisme et augmente légèrement sa température basale. Le fluide cervical et le col de l’utérus vont également se modifier, car le but n’est plus ici de maintenir en vie les spermatozoïdes. Le fluide cervical disparaît ou s’épaissit et le col redescend, se durcit et se ferme.

La progestérone va également, entre autres, épaissir l’endomètre et le rendre plus nutritif pour l’embryon.

La phase lutéale dure en moyenne entre 10 et 16 jours. S’il n’y a pas d’embryon, au terme de cette durée, l’utérus va se contracter pour détacher l’endomètre. C’est ce qui donnera les règles. Autrement, s’il y a fécondation, la progestérone continue d’être sécrétée et cela jusqu’à l’accouchement.

Le saviez-vous ?

Lorsque les taux de progestérone sont trop faibles ou la phase lutéale est trop courte, la femme peut avoir différents symptômes désagréables attribués au syndrome prémenstruel (SPM). En voici quelques-uns : maux de tête, mal aux seins, déprime, anxiété, irritabilité, etc. Ils se manifestent quelques jours à une dizaine de jours avant les règles. De nombreuses solutions naturelles peuvent y remédier. 



Résumons


La scène de la fertilité se déroule dans un cycle : le cycle menstruel. Il commence au premier jour des règles et se termine à l’arrivée des règles suivantes. Il se déroule en quatre étapes :

  • Les règles : autrement dit, l’élimination de l’endomètre du cycle précédent.
  • La phase folliculaire : soit la préparation pour réussir l’ovulation et accueillir les spermatozoïdes, sous l’action des œstrogènes.
  • L’ovulation : grâce au pic de sécrétion de LH.
  • Et enfin, la phase lutéale : pour réussir l’implantation de l’œuf fécondé, sous l’action de la progestérone.

NB : Les œstrogènes et la progestérone jouent en réalité de nombreux autres rôles dans l’organisme, ici il ne s’agit que d’un résum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *